Voici les possibilités qui s’offrent à vous en cas de difficultés financières

En période de crise, de nombreuses personnes sont menacées par le chômage partiel, voire le chômage technique. Que se passe-t-il si l’on doit se contenter de moins d’argent et que cela ne suffit plus pour l’assurance maladie ou la prévoyance vieillesse ? Nous vous expliquons quelles sont les possibilités qui s’offrent à vous.

Cotisations d’assurance en temps de crise

Si l’argent est rare, les consommateurs ne devraient pas résilier leurs assurances, mais plutôt s’adresser à l’assureur.

En période difficile, les crises se font souvent rapidement sentir dans le porte-monnaie. Les entreprises envoient leurs employés en congé sans solde ou en chômage partiel. Dans ce dernier cas, les travailleurs ne disposent plus que de 60 % (67 % pour les familles avec enfants) de leur salaire. Les indépendants et les professions libérales peuvent être encore plus durement touchés, car ils reçoivent de moins en moins de commandes. &nbsp ;

Si le jaune se fait rare, il se peut qu’à un moment donné, on ne puisse plus payer les cotisations d’assurance. Vous pouvez lire ici quelles sont les possibilités qui s’offrent à vous en cas de difficultés financières.

Assurance maladie

Si tu es salarié ou fonctionnaire, tu n’as pas à te soucier de ton assurance maladie, que tu sois assuré en régime légal ou privé. Même en cas de chômage partiel ou de chômage, l’assurance maladie continue à fonctionner et est prise en charge par l’État ou l’agence pour l’emploi. Pour les indépendants et les professions libérales, la situation est différente. Si vous ne pouvez plus payer les cotisations, vous avez plusieurs possibilités :

Lire également :   Assurances pour les robots de tonte

Tarif d’urgence : le tarif d’urgence offre des prestations très limitées. Les frais de traitement sont remboursés en cas de maladies aiguës, d’états douloureux, de grossesse et de congé maternité. Pour les enfants et les adolescents, les traitements médicalement nécessaires pour cause de maladie ou de séquelles d’accident ainsi que les examens préventifs et les vaccinations préventives sont pris en charge. Étant donné que le tarif d’urgence est un tarif commun à toutes les associations, l’étendue de la couverture est la même chez tous les assureurs. Attention : le tarif d’urgence ne couvre pas la prévoyance vieillesse. Il convient donc de reprendre le tarif normal le plus rapidement possible.

Report des cotisations : En cas de problèmes financiers, vous avez la possibilité de différer le paiement des cotisations. Cela nécessite toutefois l’accord de l’assureur. Vous n’y avez pas droit légalement. Conformément à l’article 311 du Code civil français (BGB), le report est un accord entre le créancier (l’assureur) et le débiteur (l’assuré) prévoyant qu’une prestation due (cotisations d’assurance) ne sera versée qu’à une date ultérieure.

Tarif standard : vous ne pouvez passer au tarif standard que si vous avez opté pour l’assurance maladie privée (PKV) avant 2009. Ce tarif de base est comparable aux prestations de l’assurance maladie obligatoire (GKV).

Assurance vie

Avec une assurance-vie, vous avez également plusieurs possibilités d’action si votre compte bancaire n’est pas très bien rempli.

Exonération des cotisations : en cas d’exonération des cotisations, l’assureur ne verse pas la valeur de rachat, mais l’assurance est en principe maintenue. Mais : la couverture du risque et la somme assurée diminuent considérablement. Par exemple, la protection en cas de décès est alors généralement trop faible. De plus, une exemption de cotisation n’est possible qu’après deux ou trois ans de durée. La raison : la somme assurée doit d’abord atteindre un certain montant minimum. Celui-ci est fixé dans les conditions d’assurance.

Lire également :   Assurance drones : obligation, infos, conseils comparaison !

Le report de paiement : Chez de nombreux assureurs, vous avez la possibilité de différer le paiement des cotisations pendant deux ans maximum. Vous devrez ensuite payer la somme différée. L’avantage ici : La protection en cas de décès est entièrement maintenue.

Modifier le mode de paiement : Souvent, les assurances vie sont payées annuellement ou semestriellement. Il est toutefois plus facile de verser de petits montants. Demandez à votre assureur si vous ne pouvez pas payer les cotisations mensuellement. Attention : de nombreux assureurs ajoutent des suppléments en cas de paiement en cours d’année.

Compensation des excédents : vous avez la possibilité de faire compenser les excédents avec les cotisations. Cela permet de réduire considérablement les coûts. Une telle procédure n’est toutefois pas possible pour tous les contrats, par exemple lorsque la durée doit être raccourcie à l’aide des parts d’excédents. En outre, cette variante n’est intéressante que si le contrat existe déjà depuis plusieurs années.

Résilier les assurances complémentaires : Résiliez les assurances complémentaires qui ne sont pas vraiment nécessaires actuellement, par exemple pour l’incapacité professionnelle. Cela réduit certes la couverture d’assurance, mais diminue aussi considérablement les cotisations.

Les prêts sur police : Si vous ne pouvez plus du tout payer les cotisations de votre assurance vie, vous avez la possibilité de contracter un prêt sur police. Il s’agit d’une sorte d’avance sur la prestation d’assurance attendue. Le montant maximum du prêt est égal à la valeur de rachat de l’assurance. Vous n’avez toutefois pas de droit légal à une telle police. A cela s’ajoutent les intérêts qui s’ajoutent au prêt. Avantage : le prêt ne doit pas obligatoirement être remboursé avant l’échéance du contrat. En règle générale, il est compensé par la prestation d’assurance due. Si vous souhaitez rétablir la couverture d’assurance initiale, vous devez toutefois rembourser le prêt.

Lire également :   Assurance habitation : protection contre l'incendie, les dégâts d'eau, etc.

La résiliation : En dernier recours, il est possible de résilier l’assurance vie. Il s’agit toutefois d’une étape à laquelle il faut bien réfléchir, car elle vous fait perdre beaucoup d’argent, surtout si le contrat existe depuis un certain temps. Si vous souhaitez souscrire à nouveau une assurance vie ultérieurement, vous recommencez depuis le début ? y compris un nouvel examen de santé et un âge d’entrée plus élevé.

Retour

Catégorisé:

Étiqueté dans :